Né en 1815 et mort en 1888, Jean Bosco a consacré sa vie à la jeunesse surtout pauvre et déracinée.

Un rêve, un fil rouge

Don Bosco était prêtre en Italie du nord, à Turin. Orphelin de père à l'âge de deux ans, il a connu une enfance et une adolescence très difficiles. Le Seigneur l'a conduit à travers des rêves. Sa maman est extraordinaire, femme de foi. A l'âge de neuf ans, suite à un rêve, il décide de devenir prêtre. Il luttera, souffrira.

Devenu prêtre, en visitant les prisons de Turin avec son directeur spirituel, don Bosco est effrayé de voir tant de jeunes en prison. Il va, il voit, il décide. « Avec l'aide de Dieu, je veux être le sauveur de ces jeunes-là. » à l'image de Jésus Bon Pasteur. (Jn 10, 7-19)

Don Bosco a parlé tant de fois du « Bon Pasteur » ! Par toute sa vie, il a été lui-même , comme Jésus, signe concret de l'amour de prédilection de Dieu pour les jeunes pauvres.

Un fondateur

En 1859, un ministre anticlérical conseille à don Bosco de fonder une société. Il fonde la société de saint François de Sales, c'est-à-dire les salésiens de Don Bosco répartis aujourd'hui dans le monde entier.

En 1872, avec Marie-Dominique Mazzarello, il fonde la communauté des soeurs Salésiennes.

Il s'entourera par la suite dans son travail éducatif de beaucoup de laïcs , les coopérateurs salésiens, qui vivent de l'esprit de Don Bosco dans le monde, dans leur foyer, dans leur famille.

Vers 1870, il veille à regrouper les anciens élèves en associations.

Un homme audacieux

Don Bosco sera très vite cet homme extraordinaire, rempli l'audace, quand il s'agit des jeunes. Il ne se laissera abattre par rien, enraciné profondément en Dieu malgré toutes les difficultés de l'enfance et de la jeunesse pour pouvoir faire des études et être prêtre. Il continuera en gardant ce fil rouge de la prière, de l'enracinement profond en Dieu.

Quand il était encore enfant et qu'il rencontrait des prêtres très réservés, très distants, il disait : « si un jour je suis prêtre, je ne veux pas faire comme eux. Je m'approcherai des jeunes, je parlerai avec eux, je serai leur ami ».

Il écrira plus tard, lorsqu'il s'agit du bien des jeunes, « Je vais de l'avant jusqu'à être téméraire ». Il dira aussi vers la fin : « J'ai promis à Dieu que ma vie jusqu'au dernier souffle sera pour les jeunes pauvres ». Et le biographe ajoute : « il a tenu parole ».


Passionné des jeunes parce que passionné de Dieu

Il voyait dans tout jeune la présence du Christ. C'était un homme d' une unité de vie extraordinaire : chez lui, la vie de prière et cet « être avec les jeunes » n'allaient pas l'un sans l'autre.

Un biographe de son époque, Don Lemoyne a aussi dit : « j'ai écrit l'histoire de notre père : je crois qu'il n'y a jamais eu au monde, un homme qui plus que lui ait aimé les jeunes et ait été aimé par eux. »

Le cardinal Cardijn, fondateur de la J.O.C. avait déclaré : « Don Bosco, fut le premier dans l'Eglise à se vouer entièrement à la jeunesse ouvrière»

Don Bosco était conscient de cela et il avait écrit dans une petite revue destinée aux jeunes : « mes chers garçons, je vous aime de tout mon coeur et il suffit que vous soyez jeunes pour que je vous aime très fort. Je puis vous assurer que vous trouverez bien des livres écrits pour vous, par des personnes plus capables et plus savantes que moi, mais difficilement vous pourrez trouver quelqu'un qui plus que moi vous aime en Jésus-Christ et que plus que moi désire votre bonheur»

Un saint

On peut dire ainsi que Don Bosco est ce prêtre qui a aimé et servi les jeunes au point de devenir un saint pour eux et avec eux.

Lorsque très jeune prêtre il s'épuise avec les jeunes au point de tomber malade, les jeunes prient pour sa guérison, pour arracher cette vie à la maladie, en disant que Don Bosco ne doit pas mourir parce que beaucoup de jeunes ont besoin d'un père comme lui. Lorsque Don Bosco guérira, il dira aux jeunes : « Ma vie aujourd'hui, c'est à vous que je la dois» Il était conscient qu'il était guéri grâce à la supplication de ces jeunes, qui après avoir travaillé 8 à 10 heures par jour, passaient la nuit en prière pour la guérison de Don Bosco. « Ma vie aujourd'hui, c'est à vous que je la dois mais soyez assurés qu'à partir de maintenant je la dépenserai tout à fait pour vous. »

Le secret de la vie de Don Bosco, de sa pédagogie, c'était vraiment cette communion profonde, cet échange de don de vie avec les jeunes. Les jeunes percevaient en Don Bosco cet ami fidèle qui ne se décourageait pas face à leurs premières révoltes et à leurs non, mais qui était tout le temps prêt à recommencer. Don Bosco est devenu le saint des jeunes pour les jeunes avec les jeunes.

Quelques dates importantes

1815 Naissance le 16 août de Giovanni Bosco au hameau des Becchi, près du petit village de Morialdo sur la commune et paroisse de Castelnuovo d'Asti, à 27 km de Turin
1817 Mort subite de son père Francesco. Sa mère , « Mama Margherita », reste veuve avec trois enfants.
1831-35 Etudes secondaires à Chieri.
1835-41 Etudes ecclésiastiques à Chieri. Il est ordonné prêtre à Turin le 5 juin 1841.
1841 Début de l'œuvre en faveur des jeunes apprentis abandonnés. (8 décembre)
1846 Après un an et demi de patronage ambulant, don Bosco établit définitivement son « Oratoire St François de Sales » Dans le quartier Valdocco à Turin. Grave maladie. Sa mère le rejoint.
1854 Dominique Savio, le futur saint de 15 ans , entre à Valdocco.
1859 Fondation de la Société de St François de Sales.
1872 Fondation de l'Institut des Filles de Marie-Auxiliatrice à Mornèse (5 août) , avec Marie-Dominique Mazzarello et un groupe de jeunes filles.
1876 Organisation des Coopérateurs Salésiens.
1879 Début de la mission en Patagonie
1882-83 Voyages en France.
1886 Voyage en Espagne.
1888 Mort de Don Bosco le 31 janvier.
1929 Béatification de don Bosco, le 2 juin
1934 Canonisation le jour de Pâques, le 1 er avril.
1951 Canonisation de Mère M.D. Mazzarello, 24 juin
1954 Canonisation de Dominique Savio, le 12 juin