La Belle et la Bête

 « Soudain, silence ! Une porte s’ouvre ! Une bête monstrueuse apparaît.

Bête : Qui es-tu ? Aucun étranger n’a le droit de pénétrer dans mon château ! Tu vas le payer très cher ! Les espions dans ton genre, je les mets au cachot ! »

Sous son masque de fourrure, les mains et les pieds recouverts de poils de fauve, la Bête traverse la scène en poussant un hurlement surprenant. Il saisit  le pauvre vieillard (père de la Belle !!)  par la peau du coup et le mène sauvagement  jusque dans la prison du château.

Il a fallu pas mal de répétitions pour arriver à mesurer l’intonation et la démarche juste, mais au bout de plusieurs soirées, le personnage principal rend très bien cette colère animale reprise du dessin animé « La Belle et la Bête ». Colère qui se transformera peu à peu en tendresse ….

Chaque groupe de jeunes représente un tableau de l’histoire : la danse des chandeliers, la chanson de Gaston, le repas de la Belle, l’attaque des loups, la découverte de la bibliothèque , le bal final, …

Un groupe théâtral met en scène les liens entre chaque tableau : la Belle veut sauver son père enfermé  dans le château de  la Bête, et elle offre de rester prisonnière à sa place. Dans la salle, le public écoute attentivement les dialogues et applaudit généreusement chaque présentation.

Le spectacle de la Belle et la Bête est porteur d’un magnifique message de vie : il ne faut pas se fier à l’apparence, à l’impression du premier moment, à la sensation passagère. Non, tout ce qui est vrai et solide se construit dans le temps. C’est avec le temps et les épreuves que la Belle pourra découvrir le cœur profond de la Bête. Un cœur généreux, capable d’aller jusqu’à mourir pour sauver celle qu’il aime.

En coulisse, la Belle a finalement enfilé ses chaussons de danse : quelle délicatesse dans ses pas de danse quand  elle  réapparaît sur scène,  accompagnée par la Bête transformée en prince charmant !

Mais la fin de l’histoire ouvre l’appel au personnage principal de cette soirée : St Nicolas ! Le voilà accompagné de ses fidèles serviteurs transportant de lourdes malles remplies de bonbons !

Les enfants défilent, les uns craintivement, les autres avec un large sourire. Les grandes filles entonnent une chanson de circonstance. St Nicolas n’oublie personne, pas même Sr Bénédicte !!

Pendant ce temps, familles, amis et anciens peuvent se restaurer.

Merci à tous ceux qui ont participé au succès de cette fête de St Nicolas !