« Si on décide d’y aller, il faut y aller à fond !!! »

Sister Act 2

Une superbe leçon de vie se dégage du film choisi par l’équipe éducative comme thème de cette fête de Saint Nicolas : Sister Act 2.
A l’école Saint François de San Francisco, les sœurs appellent une chanteuse (alias Sœur Marie-Clarence) à la rescousse pour faire jaillir ce qui il y a de meilleur dans le cœur des jeunes. C’est par le chant que ces élèves parviendront à sauver leur école destinée à être fermée.
Mais l’aventure du concours de chorale ne va pas sans difficulté. C’est à force de croire dans les jeunes, de les accompagner, les relancer, les talonner, que le rêve devient réalité.

(Extrait du film. Présentation du concours aux jeunes).
Une sœur (aux jeunes) :  « Et si nous vous annoncions que nous vous avions inscrits en tant que chorale au grand concours annuel de musique qui aura lieu dans six semaines à Hollywood ? »
Les jeunes : « Quoi ? N’importe quoi !!! »
La sœur (en regardant Sœur Marie-Clarence) : « C’est vous ma sœur qui avez mis cette chorale sur pied et nous vous avons pris au mot. D’autant plus  que nous avons appris par hasard que notre école Saint François a remporté ce concours à plusieurs reprises. Est-ce que vous ne croyez pas en vous ? Nous, nous avons foi en vous. »
Une élève : « Mais est-ce que vous êtes sûre qu’on fait le poids contre les autres chorales  parce que moi, j’ai des doutes … »
Une autre  sœur : « Vous serez prêts … si vous travaillez beaucoup !! »

Cet accompagnement affectueux et ferme à la fois rejoint l’idéal du système préventif de Don Bosco. Sans affection, pas de confiance. Sans confiance, pas d’éducation.

 

 

 

 

 

 

Mais laissons la parole à la vedette de Sister Act, Sœur Marie-Clarence.
(Extrait de Sister Act 2. Juste avant de passer sur scène pour le concours final )

Une élève (à Sœur Marie-Clarence) : « Vous avez entendu l’autre chorale ? C’est foutu, jamais on gagnera. »
Un autre élève : « Oui, t’as raison. Je ne suis pas venu pour qu’on se foute de ma tête … »
Une autre élève : « Ils ont chanté l’hymne à la joie beaucoup mieux que nous. »
Une autre élève : « On rentre. On abandonne. »
Sœur Marie-Clarence : « Alors, sous prétexte qu’il y en aurait d’autres qui chantent mieux, tout le monde se dégonfle et décide de se tirer ?!! »
Les élèves : « C’est pas ça … »
Sœur Marie-Clarence : « Oui, je connais, c’est classique comme méthode ça. On saute sur tous les prétextes : hou , ils sont meilleurs que nous, il vaut mieux ne pas insister et tant pis pour tous ceux qui nous ont soutenus parce qu’ils croyaient en nous. Il me semble qu’il y a quelque chose que vous oubliez … Si tu veux devenir quelqu’un et que ça te mène quelque part, réveille-toi et fais bien attention. Parce  si vous vous défilez à chaque fois que quelque chose vous fait peur, tous, autant que vous êtes, vous finirez comme des larves. »
(Sœur Marie-Clarence s’en va et les laisse réfléchir)
Une élève : « Oui, je crois qu’elle a raison. » 
Un autre élève : « Si on décide d’y aller, il faut y aller à fond !!! »

Et cet après ce spectacle que la grand Saint Nicolas est venu nous rendre visite, pour féliciter et encourager tous nos jeunes.